:: File Island :: Forêt Tropicale :: Rivière Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans la rosée, je te cherchais ; dans mes rêves, je t'attendais | Aléa Halloween ; ft. Isao

avatar
Symbole de l'Espoir
Messages : 41

Feuille de personnage
Expérience:
10/150  (10/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Zhuang Li
Symbole de l'Espoir
Dim 28 Oct - 17:14
Dans la rosée, je te cherchais
Dans mes rêves, je t'attendais
Le matin avait caché la lune et ses étoiles sans même que Zhuang ne s'en aperçoive. Il s'était réveillé et avait constaté que Aiden n'était plus dans l'abri. Néanmoins, Dorumon était encore assoupi. Sa grosse masse violette se soulevait à chacun de ses souffles en un mouvement lent et paresseux.
Les yeux encore ensommeillé, l'enfant s'était frotté le visage avant de bailler. Par réflexe, il alluma son portable mais à la place d'être accueilli par la date et les quatre chiffres de l'heure, ce fut une multitude de symboles qui s'afficha. Certains étaient bien des nombres mais d'autres étaient des signes mathématiques. Tout ce beau fouillis décroissait et croissait sans aucune logique. La seule chose que Zhuang pouvait reconnaître était le fond d'écran. L'air sombre et familier de Batman le rassura légèrement.

Ré-empochant son I-phone, il se redressa. Sa doudoune lui avait servi de couverture pendant la nuit mais il regrettait de ne pas avoir enfiler de chaussette. Ses pieds étaient frigorifiés. Zhuang noua les manches de son manteau autour de ses hanches. Il se déchaussa et tenta maladroitement de revigorer ses pauvres orteils. Malheureusement, ce ne fut pas d'un grand secours.

Ayant une autre idée, il remit ses baskets. Après une petite caresse sur la tête du dragon, il sortit de l'abri. De ce qu'il pouvait voir des cieux entre les branches, quelques nuages flottaient parmi le bleu.

Mais, à peine avait-il fait quelques pas, qu'une révélation le stoppa net !
Précipitamment, il retourna dans l'abri, s'assura de ne pas avoir réveillé le Digimon et ressortit.

Ouf ! Si Stingmon savait que j'ai failli t'oublier, il n'aurait vraiment pas été content...
murmura t-il pour le Digitama.

Puis, il n'aurait manqué pour rien au monde, l'éclosion de l’œuf ! Aiden lui avait confié que le sien s'était ouvert après quelques heures après l'avoir trouvé. Zhuang espérait qu'il allait en être de même. Il serra le Digitama contre lui.

Au début, Zhuang ne comptait pas s'éloigner du camp improvisé, mais au fur et à mesure qu'il marchait, une nouvelle partie de la forêt se dévoilait. Ce fut quand il décida de faire demi-tour qu'il l'entendit... le bruit de l'eau. Sans hésiter, il le suivit. Après tout, il suffisait qu'il retourne en arrière pour trouver son chemin.

Il ne fut pas déçu. Le spectacle qui s'offrait à lui valait le détour. Les rayons du soleil faisait briller les remous de la rivière. Zhuang se rapprocha de la berge et dans les courants clairs, des poissons nageaient avec énergie.

D'une main, il toucha la surface.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de la Fiabilité
Messages : 107

Feuille de personnage
Expérience:
80/150  (80/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Isao Hanamura
Symbole de la Fiabilité
Sam 3 Nov - 0:14

 
500 mots
JOUR 4
Botamon
DANS LA ROSEE, JE TE CHERCHAIS ; DANS MES REVES, JE T'ATTENDAIS

Troisième jour.
Cela faisait deux nuits, trois jours que j'avais perdu pieds. Que mon univers quotidien s'était effacé comme un rêve et que j'avais sombré dans cet inconnu. La trame du monde s'était déchirée et moi avec elle. J'avais croisé la route d'une jeune geek qui venait aussi de la Terre ; mais pas du même pays. J'avais hérité d'un appareil qui me donnait des informations sur mon environnement, et d'un oeuf que j'avais laissé derrière moi par accident, poursuivi par un Digimon enragé. Et puis j'avais rencontré Eru et ses gardiennes, et on m'avait bien fait comprendre que ma survie ne dépendait que de moi, de notre mission et de mon Digimon.
Cette créature supposée sortir de l’œuf, l’œuf que j'avais perdu.

Mon téléphone ne marchait plus. Rien ne marchait plus. Le deuxième jour, je l'avais passé à errer à la recherche de mon œuf. Je sais que j'ai l'air d'un petit maigrichon ; que d'être dans cet environnement hostile sans même des lingettes pour une toilette basique me mettait les nerfs en compote ; mais ma vie dépendait de cet être et j'ai tout donné pour le retrouver. J'ai essayé de ratisser la forêt à partir du temple ; je me suis caché quand mon appareil me signalait des Digimons hostiles ; j'ai même pris sur moi pour en interroger un qui semblait plus inoffensif que la moyenne. En vain. Peut être que mon compagnon avait fini dévoré par une bête plus grande. Et c'était sans doute le sort qui m'attendais à mon tour.

J'étais épuisé ; je n'osais pas toucher aux fruits qui pendaient par grappes gluantes des arbres, attirant des sortes de papillons géants. Désœuvré, je pianotais le Digivice, mais s'il y avait eu un GPS relié à mon Digimon, Eru me l'aurait dit. Je n'osais pas m'arrêter, mais j'avais peur, en m'enfonçant davantage dans les bois, de ne plus retrouver mon chemin. Ce n'était pas comme si j'avais eu un endroit où retourner ; mais enfin, je connaissais le Temple, et si je pouvais retrouver la clairière où je m'étais réveillé...
Le crépuscule tomba plus vite que je ne l'aurais cru sous la frondaison des arbres. Les ombres s'épaissirent vite et l'humidité monta du sol. Quand on est dehors longtemps, on finit par se refroidir, même si la température n'est pas basse. Je continuais à marcher car dès que je m'arrêtais, après quelque minutes, je me mettais à grelotter de faim, de fatigue et de froid.
Et si je m'endormais et que je me faisais piétiner, enlever, bouffer ? Je finis par chanceler, à bouts de forces, en haut d'un coteau. Je m'accroupis, les mains désespérément vides. Tout était dégradé de gris ; une forte odeur d'humus montait du sol. Je me mis à sangloter.
Je n'avais pas trouvé mon Digimon. Cela faisait deux jours. Quelles étaient les chances pour qu'il soit vivant ? Que je le retrouve dans cette forêt dont je ne connaissais pas les limites ?
J'avais eu une chance. Une petite chance de m'en sortir. Et je l'avais laissée passer comme un idiot. Pourquoi il avait fallut que je lâche cet œuf ?
Après un moment, je me redressais en trébuchant, et m'avançais jusqu'à la pente. Ce pan était à l'abri du vent et moins humide. Incapable de faire un pas de plus, je roulais à même le sol et je ramassais les feuilles mortes pour m'en couvrir comme d'une misérable couverture.

Je ne saurais pas dire si j'avais dormi ; il me semble que mes yeux ne cessaient de s'ouvrir tout grand au moindre grognement qui montait des ténèbres ; je tremblais de froid et mes membres s'engourdissaient, me forçant à changer de position encore et encore.
Quand le soleil se leva, pourtant, je trouvais quelque part l'énergie de me remettre sur mes pieds. Mon estomac avait cessé de gronder depuis des heures... il se recroquevillait maintenant en petits nœuds et j'étais persuadé qu'il avait commencé à se digérer lui même.
Je me sentais hagard, errant au travers d'un brouillard d'épuisement ; mais le désespoir n'était plus qu'un lointain grondement en marge de ma conscience. Quelque part, mon corps avait pris le relai, et les pensées qui me venaient concernaient uniquement ma survie. Je ne me morfondais pas ; j'avais si faim que tout commençait à me paraître comestible. Mais un reste de bon sens m'avertit. Au Japon, il y beaucoup de choses toxiques qui poussent dans la forêt. A plus forte raison ici où la jungle chatoyait de couleurs improbables... Dans la nature, ce qui ressemble à un bonbon, c'est du poison ! Je m'acheminais donc vers un endroit où les broussailles étaient traversées d'un sentier qui, chez moi, aurait semblé indiquer le passage de sangliers ou d'un ours. Je me postais ainsi à l'affut, caché derrière un bosquet, jusqu'à ce que deux Digimons empruntent le passage. Je n'aurais pas été en état de fuir si nécessaire, alors je restais discret et les suivis à distance pendant un moment.
Mes efforts furent récompensés quand je les vis s'arrêter près de buissons où poussaient des sortes d'agrumes et en faire leur petit déjeuner. Dès qu'ils eurent disparu entre les arbres je me précipitais pour me substanter.

Cela me redonna quelques forces. Je considérais ma situation dans ce sombre calme qui s'était emparé de moi. Je tenterais encore de retrouver mon Digimon aujourd'hui ; si je n'y parvenais pas je considèrerai que l'oeuf ou le bébé étaient morts. Dans ce cas, il fallait absolument que je trouve d'autres survivants qui avaient atterri dans ce monde. Eru les aurait doté de Digimons. Je devais pouvoir me rendre utile et mériter ainsi la protection d'un groupe. Si je restai seul... Je ne donnais pas cher de ma peau. Mais je suivrais alors le conseil d'Eru et me tournerai vers les habitants de ce monde pour m'aider, et comprendre comment me débrouiller. L'espèce de chat qui m'avait sauvé le premier jour, ainsi que les deux filles qui n'étaient pas humaines étaient assez amicaux. Il était temps que j'accepte la réalité de ce qui m'entourait et que je m'adapte. J'étais sûr d'un truc, je ne voulais pas crever.

Et c'est comme ça que je suivis le bruit de l'eau pour arriver près d'un cours d'eau. La rivière était assez large et semée de pierres blanches parfaites pour lézarder au soleil - ce que je ne faisais jamais, ça fait trop populaire - et cela glougloutait d'un air engageant. Pas de fort courant, et je pouvais voir le fond. Je m'accroupis pour boire, tout en me disant que c'était une connerie et que je risquais de tomber malade ; mais je ne pouvais pas non plus me laisser mourir de soif. Je me rinçais la bouche. Puis je retirais mes vêtements, ne supportant plus de sentir le tissu de ma chemise coller à ma peau. Je devinais que je commençais à empester, et ça me donnait la chair de poule tant cet état me répugnait. Bientôt j'étais nu comme un vers, et je m'avançais en poussant un petit cri de protestation, chevilles dans l'eau froide. Je commençais par frotter mon slip entre deux cailloux, le rinçant encore et encore et encore pour le laisser finalement sécher sur une grosse pierre. J'aurais bien fait une pseudo lessive du reste mais je doutais que ce soit efficace.
La propreté passait avant mon confort. Je n'avais rien pour faire ça correctement ; alors je me contentais de frotter vigoureusement mon corps et de laisser l'eau courante enlever le gros de la crasse. Ma peau blanche était marbrée, griffée de rouge partout où mes ongles avaient gratté. Je n'avais pas de savon et j'avais beau faire, je me sentais toujours sale. J'étais là, claquant des dents et accroupi à quelques mètres de la berge, quand j'entendis un bruit et tournai brusquement la tête.


_ _ _ _ _
.
annoying teenager??¿¿
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de l'Espoir
Messages : 41

Feuille de personnage
Expérience:
10/150  (10/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Zhuang Li
Symbole de l'Espoir
Sam 3 Nov - 14:24
Dans la rosée, je te cherchais
Dans mes rêves, je t'attendais
La fraîcheur de l'eau le surprit et il faillit retirer sa main. Toutefois, la curiosité était trop forte et sa peau perça l'onde pure. Plus il enfonçait son bras, plus il pouvait sentir le courant lui caressa les doigts et Zhuang rit. Il lui fallut un peu de temps mais sa paume rencontra enfin les galets parsemant le lit de la rivière. L'enfant remonta son coude, tenant au creux de sa main quelques pierres polies. Avec attention, il les observait briller sous les rayons doux. Puis, il écarta ses doigts, les laissant couler en un petit bruit d'eau.

Sa manche gauche était trempée jusqu'à l'épaule mais il ne prit même pas la peine de retirer son t-shirt. Ses yeux sombres avaient ce scintillement bleuté si particulier.

Un peu plus loin, une carpe sauta bruyamment hors de l'onde. Zhuang en couina d'exaltation.

Cela n'avait rien à voir avec la Yongding. Le grand cours d'eau traversant Beijing était gris, malodorant et Zhuang n'y avait jamais aperçu de poisson. Une idée lui traversa l'esprit et il se pencha pour boire à même la rivière. Il ne releva la tête que lorsqu'il fut complètement désaltéré. Lui qui croyait que l'eau potable ne sortait que des robinets et des bouteilles en plastique ! C'était dans ce genre de situation qu'il se rendait compte que la Chine était loin...

L'enfant inspira. Il se laissa tomber sur le côté. L'herbe était légèrement humide mais le beau temps la réchauffait doucement.

Soudain, un mouvement attira son regard : une masse sombre nageait tout près et cela ne ressemblait en rien à un poisson ! Néanmoins, l'enfant n'arrivait à pas distinguer parfaitement l'apparence de la bête. Les rayons l'éblouissaient et l'eau filant ne facilitait pas la tâche. Alors, porté par la légèreté de l'instant, il s'allongea dans l'herbe, inspira profondément et plongea sa tête dans l'eau ! Ses paupières s'ouvrirent en grand.
La première chose qu'il vit furent deux yeux verts...

Ils restèrent à se dévisager quelques secondes puis d'un bref mouvement de nageoires, le Digimon s'approcha. Sa truffe se frotta contre le bout du nez de Zhuang qui laissa échapper un nuage de bulles. Le petit garçon tenta de reproduire le geste mais il dû rapidement reprendre son souffle. L'eau coulait dans son cou et sur ses vêtements. Il n'essuya même pas les gouttes dans ses yeux, gonflant ses joues pour replonger mais le Digimon s'était déjà éloigné du bord.

Hé ! Reviens !
rit Zhuang, qui se mit à lui courir après.

Malheureusement, le Digimon nageait vite en plus d'être poussé par le courant et le petit garçon ne put pas tenir longtemps la cadence. En plus, son œuf le ralentissait ! Mais, ce qui le stoppa net fut lorsqu'il tomba presque nez-à-nez avec une jeune fille. L'enfant fronça les sourcils. La demoiselle était nue et très occupée à se laver. Sans aucune gêne, visiblement. Zhuang se rapprocha.

Tu sais qu'il n'y a que les pervers à se baigner dans la nature ?

Il fit une petite moue stoïque avant de montrer l'eau.

En plus je n'irais pas là dedans, j'ai vu des Digimons y nager.

C'était vrai, bien sûr, mais on ne pouvait pas dire que le spécimen qu'il avait croisé était ce qu'il y avait de plus dangereux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de la Fiabilité
Messages : 107

Feuille de personnage
Expérience:
80/150  (80/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Isao Hanamura
Symbole de la Fiabilité
Jeu 8 Nov - 23:31

 
500 mots
JOUR 4
Botamon
DANS LA ROSEE, JE TE CHERCHAIS ; DANS MES REVES, JE T'ATTENDAIS

Le son que j'avais entendu était une voix ; et un coup d'oeil en arrière m'appris qu'elle provenait d'un être humain.
Je n'eus pas vraiment le temps de l'examiner (mais un instant me suffit pour voir qu'il était minuscule) ; je plongeais aussitôt dans l'eau jusqu'aux hanches, accroupi pour dissimuler ma nudité.
Les paroles ne firent qu'accroître ma gène et ma confusion ; ce petit lutin malveillant qui s'approchait se moquait de moi. Il n'y a que les pervers qui se baignent dans la nature, avait-il dit, et ma peau rendue encore plus blafarde par le froid vif de l'eau prit une teinte pivoine sous le casque noir et humide de ma chevelure.
Par réflexe, je serrais mes bras en croix contre mon torse, me rendant seulement compte que je grelottais. J'étais plus pudique que ma famille, même que ces Australiens venus envahir mon chez-moi ; ils prenaient garde à ne pas se balader en tenue d'Adam parce qu'ils savaient que ça m'indisposait, mais Kazuo, qui était habitué au bush plutôt qu'aux normes sociales, n'avait à l'origine aucune gêne vis à vis de son corps et du regard des autres. Quant à moi, je n'aurais pas dû me senti mal à l'aise face à des garçons - surtout dans mon pays où la pratique du bain public est universelle... Mais rien n'y faisait, je détestais me dénuder devant quelqu'un et cette manie de me cacher ou de masquer mes attributs d'une serviette m'avait valu bien des moqueries à l'école.
Il y avait quelque chose de décalé à se soucier de ça dans mon état de fatigue. Je regardais cette demi-portion (un gamin qui paraissait plus jeune que moi de plusieurs années) avec ahurissement. Je n'avais rencontré personne depuis la geekette et ces apparitions semblaient tout aussi irréelles que ce décor. Trop de contraste. Après quelques secondes où je le fixais en chien de faïence, clignant des yeux pour m'assurer qu'il était bien réel, je protestais en frissonnant, mal à l'aise :
"Je suis pas un pervers, je suis juste en train de me laver..." Me pinçant les lèvres, je le dévisageais : un regard mobile et curieux, des vêtements de gosse, la petite bouille d'asiatique d'un enfant qui aurait été mignon si il n'avait pas eu l'air aussi peste.
Sa seconde réflexion me poussa à me retourner pour fixer l'eau d'un air méfiant. Ca n'avait pas l'air très profond, mais on n'était sûr de rien...
Sauf que mes vêtements étaient en train de sécher sur la rive et que ce gamin se trouvait juste devant. J'avais de plus en plus froid, il fallait que je prenne une décision... Toujours à croupetons, je m'avançais vers une zone un peu plus sombre où poussaient de larges feuilles rondes qui évoquaient un peu le lotus, mais avec des motifs de pois bleus et une texture curieusement bosselée. Je m'acharnais à en découper une tige - essayant pour autant de ne pas présenter mon postérieur au jeune inconnu. Malheureusement mon cutter était aussi sur la berge et je n'avais pas beaucoup de force et cette plante glissait... tirant de toutes mes forces, je tombais en arrière dans un grand éclaboussement qui ne sut masquer le rire moqueur qui retentit aussitôt.
Je me relevais, de mauvaise humeur, la feuille entre les mains. Elle était assez grande pour cacher la moitié de mon corps et muni de ce paravent (qui était le pervers, moi ou ce gosse qui ne détournait même pas les yeux ?!) je m'avançais vers lui, pour récupérer mes affaires.
"Il n'y a pas assez de fond et s'il y avait des Digimons je les aurais vus." déclarai-je d'une voix sèche, plus pour lui couper le caquet que parce que j'étais sûr de ce que j'avançais.
Nouveau dilemme : mon caleçon n'était pas sec et je n'avais rien pour me sécher moi-même. Je pouvais attendre au soleil - c'était le plan initial mais il n'était pas sensé y avoir un spectateur - sans autre solution, je repliais donc mes jambes maigres sous moi, me masquant autant que possible derrière mon nénuphar, très mal à l'aise et restait tourné vers ce nouveau Disparu.
"Je m'appelle Isao Hanamura, je viens du Japon. Tu sais où nous sommes ? Ce qu'on fait là ?"
J'adoptais un ton un peu condescendant comme quand on s'adresse à un kohai de plusieurs années inférieur. Il était plus jeune que moi et il fallait que je le renseigne sur ce monde et ces dangers... Je sentais que ça n'allait pas être une mince affaire.

A ce moment, mon regard tomba sur l'oeuf qu'il portait et mes yeux minces s’étrécirent.


_ _ _ _ _
.
annoying teenager??¿¿
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de l'Espoir
Messages : 41

Feuille de personnage
Expérience:
10/150  (10/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Zhuang Li
Symbole de l'Espoir
Ven 9 Nov - 23:16
Dans la rosée, je te cherchais
Dans mes rêves, je t'attendais
Il ne fallut pas attendre longtemps pour que la jeune fille réagisse à la présence étrangère. A peine s'était-il révélé au grand jour qu'elle tourna en sa direction, ses grands yeux hagards. D'un bloc, elle s'immergea jusqu'au chef, ne laissant dépasser que son visage écarlate. Ses cheveux corbeau s'étalaient à la surface de l'eau, à la manière d'un rideau obscure de plante aquatique.

Un sourire narquois fleurit sur les lèvres de Zhuang. Comme il aimait les voir, tous ces gens, paniquer. Leurs réactions étaient grandioses ! Ils tentaient toujours de se trouver des excuses, baragouinant des paroles sans queue ni tête. Pareille aux autres, l'inconnue prétexta d'une voix froide le simple souhait d'être propre. Le petit garçon haussa les épaules comme toute réponse.

Il ne doutait pas que certains aurait trouvé les formes de la jeune inconnue tout à fait agréables mais la beauté de la gente féminine lui passait bien au dessus... Pour lui, les filles ne se résumaient qu'à deux choses : des casse-bonbons gloussants et des idiotes sans humour. Sans parler de leur manie à toujours épier les garçons dans les cours de récréation et leur goût prononcé pour le rose. Zhuang nota tout de même que celle-ci semblait plus âgée que la plupart des gamines fréquentant son collège. Cependant, cela ne la dispensait pas d'être classée dans la catégorie "à éviter".
Après tout c'était une exhibitionniste...

Deux yeux en amande le foudroyaient sur place comme s'ils cherchaient à le décortiquant jusqu'au moindre détail. Il le lui rendit avec plus de douceur et de moquerie.

Aucun d'eux n'esquissait le moindre geste. Elle, sans aucun doute trop gênée d'avoir été pris la main dans le sac tandis que Zhuang restait immobile, guettant les prochains mouvements de l'adolescente. Toutefois, son regard aux teintes azurées tomba sur la pile de vêtement qui traînaient à quelques pas de lui et, il profita que la jeune fille brise le contact visuel pour, insolemment, s'en rapprocher. Ses semelles effleurèrent presque la chemise blanche.

Bien entendu, l'inconnue n'avait pas remarqué le petit manège du plus jeune trop occupée à jeter des coups d’œil inquiets à l'onde. Elle finit par se déplacer, toujours accroupie, avec l’élégance d'un canard jusqu'à la berge. Zhuang cligna des yeux, l'étonnement non dissimulé sur son visage, en la voyant s'éloigner.
Il crû un instant qu'elle allait s'en aller sans se revêtir mais heureusement, elle alla se réfugier parmi de larges feuilles d'eau douce. Usant de ses mains fragiles aux ongles trop courts et d'une force visiblement inexistante, l'inconnue tentait vainement de couper un végétal sous le regard médusé du petit garçon. Ce dernier se pencha sur le côté pour mieux l'observer...

Qu'est-ce qu'elle fait ?
se demanda t-il.

La plante s'agitait sous les à-coups des assauts répétés. Une fois, deux fois, trois fois, et enfin, la tige céda avec un bruit mou... suivi d'un éclaboussement retentissant.

Zhuang hurla de rire.

Honteuse, l'inconnue se releva, trempée de la tête aux pieds. Ses cheveux voilaient ses yeux et elle n'avait comme seule protection la feuille qu'elle avait si durement lutté pour acquérir. Elle sortit de l'eau et s'approcha pour reprendre ses habits répondant sèchement à l'enfant au passage. Zhuang ouvrit la bouche pour répliquer. Cependant, malgré son souhait d'avoir le dernier mot, il ne trouvait aucune répartie qui pouvait lui faire gagner l'argument. Après tout, le petit Digimon blanc était parti depuis longtemps.

Aucune idée. Pas en Chine, ça c'est sûr.
dit-il en soufflant.
Je sais... qu'il y a plein de monstres trop cool !

Il réfléchit mais il n'en savait pas plus sur son environnement. Ça ne le dérangeait pas... Il s'amusait bien. Aiden lui donnait des fruits et Ruby voulait bien jouer avec lui. Contrairement à cette Isao qui adoptait un ton que l'enfant n'appréciait pas. Alors, papillonnant des paupières, il demanda innocemment :

Tu ne te rhabilles pas ?

Mais rapidement, une autre question germa dans son esprit enfantin.

Où est ton Digimon ? Le mien est encore un œuf mais j'espère qu'il naîtra vite !
déclara t-il en lui montrant le Digitama du bout des bras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de la Fiabilité
Messages : 107

Feuille de personnage
Expérience:
80/150  (80/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Isao Hanamura
Symbole de la Fiabilité
Sam 10 Nov - 10:52

 
500 mots
JOUR 4
Botamon
DANS LA ROSEE, JE TE CHERCHAIS ; DANS MES REVES, JE T'ATTENDAIS

J'avais pris pied sur la rive, dégoulinant et tremblant, et l'air me paraissait presque tiède en comparaison de l'eau.
Ce n'est qu'un gamin, essayais-je de me convaincre, quelle importance s'il te voit nu ? A cet âge tout le monde prend son bain en famille... Toujours est-il que ce genre de situation me rend nerveux, et que je n'avais guère de contrôle sur mon apparence.
Le jeune inconnu me répondit d'un ton léger, badin, avouant son ignorance sans que cela semble le perturber outre mesure. Apparemment, il venait de Chine... Je n'avais jamais parlé à un Chinois et je l'observais plus attentivement, moitié curieux, moitié méfiant. Même si son jean était déchiré au genou, il portait des vêtements d'excellente qualité. J'en admirais la facture sinon le style. On était loin de la contrefaçon tant décriée. Ses chaussures par contre... Si je ne me trompais pas, c'étaient des diodes qu'on distinguait dans la transparence du talon, le genre de tennis néons qui s'allument... qui devaient être à la mode il y a un demi-siècle... Ugh. Les enfants et leur goût pour les trucs brillants et colorés.
Plutôt rond, bien nourri, il était vraiment tout petit et m'arrivait à la moitié du torse. Ses cheveux noirs paraissaient encore propres et brillants, et un sourire semblait sans cesse sur le point de glisser sur sa figure espiègle comme un rayon de soleil voilé de légers nuages.
A ce sujet, le ciel couvert semblait se dégager un peu ce jour là et des nuées se déplaçaient à grande vitesse au dessus de nous, lançant de vastes ombres et de soudaines trouées de lumière sur la forêt humide qui nous entourait.
Une telle éclaircie nous nimba d'un liseré d'or, et dans la clarté soudaine je soupirais d'aise, le soleil réchauffant ma frêle carcasse gelée. Quand on a aussi peu de graisse que moi, c'est dur de maintenir la chaleur.

Je me hissai sur une grande pierre arrondie par les crues, à côté de celles où se trouvaient mes vêtements, et assis en tailleur avec élégance, posais la feuille sur mes genoux.
Au moins, il ne semblait pas y avoir de risque de le paniquer. Je me demandais si j'étais le seul être humain à être choqué de ce qui s'était produit. Évidemment, les détails que j'avais obtenus d'Eru n'avaient fait qu'accroitre mon trouble.
"Ces monstres sont peut-être "cools" mais ils sont aussi dangereux ! Certains sont hostiles et pourraient réduire en poussière un minus comme toi en moins de deux secondes..." reniflais-je avec hauteur. Je voulais cependant le renseigner et je secouais la tête avec agacement, avant de m'éclaircir la voix. "Disons que ce lieu s'appelle le Digiworld. D'après ce que j'ai pu réunir comme informations pour le moment, c'est une autre dimension qui fonctionne un peu comme un programme informatique... La technologie de notre monde a créé des interférences, et puis... une collision."
Je m'interrompais pour essorer mes cheveux. Je tenais à exposer mon savoir, un moyen de me mettre en avant et de lui montrer que je n'étais pas juste un nudiste maigrelet et perdu au milieu de l'inconnu.
"Ça a ouvert une brèche. Et toi, et moi, et d'autres gens avons été aspirés par ce trou dans la réalité, et certains ont survécu au voyage et se sont crashés ici."
Je rouvrais mes yeux métalliques pour le fixer d'un air grave. Fraichement débarqué, il paraissait complètement inconscient du sérieux de la situation. "Ce monde est en train de sombrer dans le chaos, et l'entité qui le dirigeait, Eru, une sorte de déesse, essaye de maintenir le statu-quo mais a perdu la majorité de ses pouvoirs. Elle nous a donc confié la mission de rétablir l'équilibre à sa place pour pouvoir rentrer chez nous."
Même prononcée avec ma voix douce et basse, ça paraissait complètement fou, cette histoire. J'avais bien d'autres choses à ajouter, et je réfrénai mon propre scepticisme, pour voir d'abord comment le garçon allait réagir.

Comme il me demandait pourquoi je ne me rhabillais pas, je me fendis d'un "Je mettrai mes vêtements quand je serai sec..."
Ce qui n'allait pas tarder, heureusement. J'étais simplement dépité de ne pas avoir de quoi me changer. Si je survivais assez longtemps, j'allais sûrement devoir m'habituer à faire ma lessive dans cette tenue indécente... Et ce, si je trouvais quelque chose comme du savon.
Ma vie en dépendait.

Sa remarque me déstabilisa, car je ne l'imaginais pas si au courant. Il avait pu discuter avec des Digimons, ou bien avec d'autres disparus ?
"Tu as croisé des gens ?" l'interrogeais-je avec une certaine excitation, ignorant sa question. "Avec des Digimons ?"
Je jetai un coup d'oeil à l'orée de la forêt, à l'eau riante et aux libellules dont les ailes faisaient des éclats brillants dans l'atmosphère matinale, toute irisée de la brume qui se dissipait, comme si des semblables allaient soudain apparaître et me soulager de ma solitude.
Malgré tout mon embarras, il était réconfortant d'avoir enfin quelqu'un à qui parler.



_ _ _ _ _
.
annoying teenager??¿¿
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de l'Espoir
Messages : 41

Feuille de personnage
Expérience:
10/150  (10/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Zhuang Li
Symbole de l'Espoir
Sam 10 Nov - 21:08
Dans la rosée, je te cherchais
Dans mes rêves, je t'attendais
Elle se jucha sur un promontoire rocheux avec l'élégance de ceux qui se sentent pousser des ailes. Son visage portait encore les traits doux d'une enfance à peine évanouie tandis que sa peau laiteuse, vêtue de ces fines gouttelettes de rivière, scintillait à la lumière de ce monde inconnu dont Zhuang ne connaissait même pas le nom. Elle le gardait dans le coin de son champ de vision. La tête penchée dévoilait sa gorge alors que ses genoux repliés, doublés de son pagne végétal recouvraient son entre-jambe d'une ombre discrète... Le court des nuages laissa filer une raie de clarté, projetant sur ses courbes un filtre angélique.  

Zhuang la trouvait repoussante.

Visiblement peu convaincue par les exclamations joyeuses de l'enfant, elle le reprit. A la manière de ces adultes qui se bourrent la cervelle de tracas sans importance, elle voulait couper court à ses désillusions, le ramener sur terre. Zhuang gonfla les joues, reprenant son Digitama contre sa poitrine, se réconfortant de sa présence. L’œuf était la preuve que cette expérience était inoubliable. Qu'importe ce que cette perverse pouvait déblatérer, il ne se laissera pas aller à la peur. Ce rêve ne s'arrêterait pas ainsi !  

Néanmoins, alors qu'il s'attendait à des explications insipides. Son visage s'éclaira.

C'est trop bien ! C'est comme un jeu vidéo où l'on est les héros !

Ainsi, il ramassa une branche qui traînait sur la berge, la brandit à la manière d'une épée et commença à donner de grands coups dans le buisson le plus proche en imitant les onomatopées de sabre laser. Les feuilles volaient en tout sens et les assauts couvrirent la voix de la spectatrice. Cependant, Zhuang dû mettre fin à sa petite démonstration d'escrime quand son arme se coinça dans la végétation. Il tira sur l'extrémité qui lui restait mais décida d'abandonner, se plaçant devant le buisson pour dissimuler sa misérable défaite.

Il baissa la tête, se balançant sur les pointes, puis sur les talons dans un va-et-vient régulier.

Je n'ai rencontré qu'Aiden... Lui et Ruby sont vraiment supers.
avoua t-il, l'admiration apparente dans sa voix.

Cela lui redonna le sourire. Cette expression moins moqueuse et tellement plus enfantine. Toutefois, il ne voulait pas en révélé davantage. L'adulte et le dragon étaient ses amis. Le petit garçon ne souhaitait pas que Isao se mêle au groupe.  

Ils m'ont aidé à trouver son nom.
ajouta t-il quand même, en tapotant la coquille entre ses mains avec fierté.
Ce sera Wulong !

Et moéééééééé, c'est Keramon !

Le petit garçon recula brusquement. Une grosse tête venait de percer l'onde et les fixait de ses grands yeux. Elle ressemblait à un ballon de baudruche grossièrement peint et arborait un sourire inquiétant... La tension entre le trio était palpable. Aucun ne paraissait savoir quelle attitude afficher mais brusquement, à une vitesse déconcertante, le Digimon jaillit de la rivière, éclaboussant les deux humains avec ses grandes antennes au passage, et se jeta sur Isao, la prenant par les épaules.

Mon uhmaaaaan ! Je t'ai cherché si longtemps !

Encore sous l'effet de la stupeur, Zhuang ne pouvait qu'observer cette scène étrange... Un peu hésitant, il sortit son Digivice pour visualiser les données concernant Keramon. Ce dernier semblait si heureux de retrouver la jeune fille que le petit garçon finit par esquisser un petit sourire en coin.
Puis, ses yeux tombèrent sur le bas-ventre d'Isao...

Mais tu es un garçon !
s'écria t-il, montrant la zone que la feuille avait laissé apparaître à l'instant où la créature avait bondit sur sa proie.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Digital World Project :: File Island :: Forêt Tropicale :: Rivière-
Sauter vers: