:: File Island :: Forêt Tropicale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les échos perdus [ft Isao, Lauren & Magnus] - Event

avatar
Personnage non joueur
Messages : 896
Voir le profil de l'utilisateur




Computer
Personnage non joueur
Mar 15 Mai - 14:32
Les échos perdus - jour 4
Intrigue
Guidés par la balise clignotante sur votre digivice, vous vous enfoncez sous les arbres centenaires de la forêt tropicale. Vous croisez parfois la silhouette d'un de ces fameux bâtiments échoués dans le digimonde, une supérette vide à la devanture fissurée, une station essence à la peinture écaillée. Et puis, l'air se fait de plus en plus lourd, et quelque chose semble doucement grésiller à vos oreilles. Ce n'est pas un son très puissant, mais ça n'en reste pas moins désagréable, comme un vieil écran cathodique qu'on aurait oublié d'éteindre.

Enfin, vous parvenez à une large clairière, au centre d'arbres particulièrement imposants dont les ramures couvrent presque entièrement le ciel malgré l'espace qui les sépare. Un monument étrange, énorme et spectrale se dresse devant vous, de hauts murs presque intangibles dont les formes se perdent et se mélangent aux racines et aux troncs qui les entourent.
Vous n'êtes pas seul ici. Vos yeux se posent à peine sur la silhouette assise sur une pierre, à l'entrée du bâtiment, qu'un mouvement attire votre regard alentours. Deux autre personnes semblent avoir été conviées à la fête.

En vous voyant arriver, la créature assise près du bâtiment se redresse et croise les bras en vous souriant. Vous ne la connaissez pas, mais votre digivice s'allume aussitôt pour vous donner quelques informations.
Apparition entité passive
Lekismon
Level : Adulte
Type : Homme bête
Attribut : Donnée
Taille : 1m60


Lekismon
Tiens tiens, c'est donc à cela que ressemblent les fameux humains ?


Son ton est doux et un brin narquois, tandis qu'elle vous détaille tour à tour de la tête aux pieds. Elle vous désigne finalement le bâtiment fantôme qui éveille en vous une certaine nostalgie. Vous reconnaissez les contours d'un vieil hôtel. Une double porte entrouverte est prête à vous accueillir dans ces murs vétustes. On dirait que le bâtiment est abandonné depuis des années, ce qui rend moins choquant sa façon de s'enfoncer dans la forêt, comme englouti par les arbres.


Lekismon
D'après les dires de Dame Eru, ces lieux viendraient de votre monde. Ils sont donc malheureusement imperméables à toutes ses visions. Cependant, Dame Eru s'inquiète, car un signal de détresse semble s'en échapper. Elle m'a envoyé à votre rencontre pour vous demander de bien vouloir fouiller ce lieu, et de trouver la source de ce signal pour venir en aide à son potentiel auteur.


Sur ces mots, Lekismon rit doucement derrière son poing, son regard perçant toujours braqué sur vous. Puis, d'un geste vers la grande porte, elle vous invite à entrer. Peut-être ce lieu renferme-t-il des dangers, peut-être pas. Quoiqu'il en soit, elle ne parait pas s'en inquiéter et attend patiemment de vous voir obtempérer.

Que faites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de l'Amitié
Messages : 128

Feuille de personnage
Expérience:
25/150  (25/150)
Voir le profil de l'utilisateur




Lauren B. Kennan
Symbole de l'Amitié
Mar 15 Mai - 16:13
Des échos perdus
Lauren B. Kennan
(Neityx)
Isao Hanamura
Magnus Larsson
Jour 4

Aujourd'hui, je me fais moins chier... enfin à part le fait que mes deux batteries sont à 0% ce matin, du coup je risque de me faire chier en attendant le bip du Digivice. Et donc, au début, on va toutes les trois... ou deux, ça dépend si Abbi nous accompagne ou pas, et on suit la balise clignotante sur le Digivice. Mais le problème c'est qu'au bout d'un moment, arrive un moment où malgré notre envie de rester ensemble, nos chemins doivent se séparer! Merde! Du coup, je la prends dans mes bras avant que nos chemins se séparent. De toute façon, on va se revoir dans notre cher abri.

Du coup, ça me rend triste de me retrouver sans Luka. Je l'adore, putain! Mais bon, c'est la vie. Bref, je vais suivre ce signal en tentant de me rappeler du trajet entre notre abri et ce que le truc indique. Je prends soin de regarder autour de moi, contrairement à Luka où elle fixe bêtement le Digivice. Parfois, je vois la silhouette d'un des bâtiments échoués dans ce Digimonde et je me demande ce qu'ils foutent là. Et à travers mon casque, que j'ai toujours sur mes oreilles, j'entends comme si un écran de vieux est encore allumé et qu'il n'est sur aucune chaîne.

Au bout d'un moment, j'arrive à une clairière, au centre d'arbres géants et les feuilles cachent bien le ciel malgré un grand écart. Un monument géant et spectral se dresse devant moi. Je crois que ce sera ça le Niveau 1.

Pendant la marche, je commence à voir une silhouette assise sur une pierre, à l'entrée du bâtiment en question, et... attends... je reconnais cet homme... un ado aux cheveux noirs, au physique frêle et gracieux... mais c'est Hanamura!

"Hey! Salut Hanamura!" cris-je

La silhouette est celle d'une créature, sûrement un Digimon, se redresse en croisant les bras en nous souriant. Je lui souris en retour et mon Digivice fait un bip. Je lis qu'il s'agit d'un Lekismon, un adulte d'1m60. Il nous adresse la parole d'un ton doux et un peu narquois. Il nous regarde de la tête au pieds avant de désigner le bâtiment fantôme. On dirait un vieil hôtel abandonné depuis des années, je suis curieuse de voir ce qu'il y a dedans.

Donc, d'après Eru, cet hôtel vient de ce monde. Ah! Alors c'est pour ça qu'on le reconnaît sans problème! Et donc les lieux de notre monde, Eru ne peut pas les voir... d'accord... un signal de détresse? Alors je suis déjà prête à en découdre! Je serai un peu une héroïne! Et donc il faut qu'on fouille ce lieu et trouver la source du signal pour venir en aide à son potentiel auteur.

"Okay! C'est le niveau 1: l'hôtel abandonné!"

J'ai hâte d'y entrer! Pas de question, il faut se paumer un peu! En tout cas, quand je joue, je me suis vite paumé et j'ai vite compris ce qu'il faut faire.

"Allez! On y va!"

J'entre donc dans l'hôtel, tête baissée. J'espère juste que je vais pas me retrouver seule et enfermée dans cet hôtel. Ce qui est possible.


Résumé:

  • Résumé de ce qui s'est passé juste avant l'event.
  • Une fois que Lauren voit Isao, elle le salue en criant.
  • Après l'explication de Lekismon, elle va tête baissée dans l'hôtel et ordonne aux autres de la suivre.

©️ ASHLING POUR EPICODE



_________________
Lauren parle en #530F57 et Nyaromon en #FCBC46

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de l'Amitié
Messages : 59

Feuille de personnage
Expérience:
25/200  (25/200)
Voir le profil de l'utilisateur




Magnus Larsson
Symbole de l'Amitié
Ven 18 Mai - 2:24

When you feel my heat, look into my eyes.
It’s where my demons hide.
Don’t get too close, it’s dark inside.
It’s where my demons hide.

The Lost Echos

Ça fait déjà près d’une demi-heure que je suis ce putain de signal. C’est peut-être Eru qui m’a demandé de me rendre à l’endroit indiqué sur mon Digivice mais je suis sûr qu’elle aurait pu trouver quelqu’un de plus proche. En tout cas, ce n’est pas Kudamon qui va s’en plaindre. Au contraire, cette balade à l’air de l’émerveiller. Il s’arrête tous les deux mètres pour observer une nouvelle plante colorée, un insecte plus gros que les autres (généralement il finit par les manger) ou un simple caillou.

Cependant, ce n’était pas le pire. Il commença à vraiment devenir tout fou quand nous commençâmes à croiser des silhouettes de bâtiment… Des bâtiments de mon monde.

Qu’est-ce que ça fout ici… Et Spökra, ne touche ça ! Ce sont des toilettes publiques, c’est dégoutant.

Si tu le dis… C’est joli pourtant.

Non, ça l’est pas, murmurai-je dans ma barbe.

Heureusement, nous dépassâmes rapidement cette étrange zone où le DigiMonde semblait fusionner avec le mien pour arriver dans une grande clairière entourée d’arbre immense. De plus, vu leur taille on a presque l’impression d’être à l’intérieur. Le ciel est pratiquement recouvert. Cependant, quelque chose d’autre attire rapidement mon attention. Je ne suis pas seul. Dans un premier temps, j’aperçois deux êtres humains que je ne connais pas, puis mon Digivice me préviens de la présence d’un Digimon. Il s’appelle Lekismon.

Parmi les deux autres humains, il y a un garçon et une fille mais seule la fille possède une Digimon, un genre de chat jaune. Bien sûr aucun des deux ne me dit quoique ce soit. À peine nous sommes arrivés, il nous explique ce que nous allons devoir faire. Il nous désigne alors le grand bâtiment fantôme derrière lui et nous dit que nous allons devoir y rentrer. Eru aurait perçu un signal de détresse.

Plus vite on y entre, plus vite on aura fini…

J’entrai à la suite de la jeune fille sans un regard en arrière tandis que Spökra tournait autour de moi, excité comme une puce. Ce qui n’était absolument pas le cas pour moi.
@Lauren B. Kennan @Isao Hanamur
Magnus arrive dan la grande clairière et écoute ce que Lekismon a à dire. Puis, il rentre dans l'hôtel abandonné à la suite de Lauren.

_________________
Magnus s'exprime en #123352 et Kudamon en #7E5314.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Symbole de la Fiabilité
Messages : 73

Feuille de personnage
Expérience:
50/100  (50/100)
Voir le profil de l'utilisateur




Isao Hanamura
Symbole de la Fiabilité
Hier à 13:49
Jour 4

La veille, j’avais tenté de reprendre des forces et de réfléchir sur ma situation. Le Botamon retrouvé, j’avais pu apaiser ma faim car il m’avait guidé jusqu’à des fruits plutôt rassasiants. Le reste du temps, j’avais exploré les lieux, me cachant quand je repérais des Digimons. Mes recherches m’avaient mis face à d’étranges visions, on aurait dit que des ilots de notre monde avaient soudain échoué au milieu de la forêt. J’avais même, à un moment, cru entendre des bruits citadins, et j’avais couru dans cette direction, m’attendant à voir surgir Hanamatsu entre les arbres d’un instant à l’autre… Mais rien, sinon l’écho d’un rêve. A un moment, un Digimon présenté par mon appareil comme pacifique nous avait adressé la parole, et révélé que ces manifestations étaient récentes, faisant beaucoup de bruit chez les siens. Ces lieux n’étaient pas réels : j’avais tenté de pénétrer dans une église, mais le perron s’était dissous sous mes pas. Je n’aimais pas ça, et le Botamon non plus : il s’était réfugié dans mon col. Je n’étais pas la seule chose à avoir disparu de mon monde. Et quand je voyais le sort de ces bâtiments… je regardais ma main et m’assurais qu’elle ne devenait pas transparente.

La nuit avait été atroce. Je n'avais pas de couverture, ni de futon, juste ma chemise qui commençait à être sale pour me couvrir, grelottant. Je ne savais pas même faire de feu sans allume-feu... La petite boule de poil que j'avais enfin retrouvée ne m'étais d'aucune utilité, mais je l'avais quand même serrée contre moi faute de mieux. Je ne saurais dire si je dormis ce jour-là, mais je me levais en claquant des dents, dès l'aube, pour ne pas prolonger mon inconfort. J'en voulais à Eru de s'être moquée de moi : j'avais passé tant de temps à chercher le fameux "compagnon" qu'on m'avait promis, tout ça pour me retrouver avec une poignée de mélasse, une queue de lapin noir avec des yeux et qui crachait des bulles.

"Je veux rentrer chez moi," marmonnais-je en louvoyant entre les arbres, la bestiole fourrée dans ma poche. Chaque fois qu'elle essayait de sortir, je la renfonçais du plat de la main, excédé. Ce que j'avais mangé la veille n'était pas suffisant, je ne m'étais pas lavé les dents et j'étais persuadé que j'avais mauvaise haleine, je n'étais même pas peigné... Si jamais je tombais face à un monstre, ma boule de poix ne servirait à rien. Un sourd ressentiment à son égard me poussait à me montrer dur avec elle. Je n'avais jamais fait une nuit blanche de ma vie, et le résultat n'était pas joli. J'en voulais à la terre entière, les deux mondes compris.

C'est alors que je me débarbouillais tant bien que mal dans un cours d'eau que mon Digivice se mit à sonner. Je découvris une sorte de radar qui m'indiquait une direction à suivre, comme me l'avait annoncé la soit-disante déesse.

Je me redressais, le visage dégouttant d'eau, incertain. L'appareil venait d'Eru, cela allait donc peut-être me guider vers une des gemmes qui devaient me ramener dans mon monde. Profitant de mon trouble, mon "Botamon" sortit de ma poche et grimpa le long de mon bras pour observer également le signal. Il poussa l'appareil à petits coups de museau, avant de lever son regard doré vers moi et m'indiquer la forêt dans cette direction.

"Tssk... J'imagine qu'on n'a pas le choix, hein. Autant mettre fin à ça le plus vite possible."

Je n'arrivais pas à démêler ce que je pensais de ce Digimon. La scène qu'il m'avait fait quand je l'avais retrouvé me culpabilisait, mais ce n'était quand même pas de ma faute si j'avais perdu son œuf. Depuis, je l'ignorais la plupart du temps, et il semblait décidé à se faire remarquer, m'agaçant prodigieusement. J'avais l'impression de me retrouver avec une de ces mascottes disney, ou bien une bestiole mignonne dans un anime de magical girl, le truc insupportable qui gaspille du temps d'écran.

Je marchai une bonne demi-heure, me réchauffant un peu, et progressais dans une partie de la forêt que je n'avais jamais vue : du moins c'est ce qu'il me semblait, car je peinais à me repérer, et rien ne me garantissait que les lieux étaient fixes. Cette impression d'instabilité fut renforcée quand je tombais sur un morceau de trottoir bordant une supérette. Pris d’un espoir idiot, j’allais en pousser la porte devant moi, mais je passais simplement à travers le mur. Je me retirais comme si j’avais traversé un rideau d’eau froide. Ce n’était pas le dernier fragment d'ailleurs que je verrais ; mais je ne me donnais plus la peine de les approcher, ils me mettaient trop mal à l’aise.

Cependant, je finis par voir le signal se rapprocher du centre de l’écran. Je ralentis insensiblement ma marche. Je crus que le bruit que j’entendais était des acouphènes : un grésillement tout bas, qui semblait presque disparaître par instants, mais parasitait néanmoins mon ouïe. Les arbres s’écartèrent devant moi, et j’y étais : une clairière circulaire entourée d’arbres titanesques, qui entrecroisaient leurs branches nues au-dessus de cet espace vide… Ou qui aurait dû être vide, car il était occupé par un bâtiment ancien, aux moulures vieillies et aux volets décatis. Ça avait dû être un bel hôtel de haut standing, à l’occidentale, et j’imaginais des foules de voyageurs parcourant des couloirs tapissés, guidés par des grooms… Vu l’état de la façade, l’endroit avait été abandonné bien avant de tomber dans ce monde. A moins qu’un décalage temporel… Je secouais la tête pour me débarrasser de ces pensées inutiles. Quelque chose clochait avec ce lieu, comme avec les précédents. La façon dont les arbres et la construction s’entremêlaient… Il me semblait que certains murs n’avaient pas leur densité normale… Comme si on avait superposé deux réalités qui n’étaient pas accordées et persistaient à exister sans se toucher réellement.

M’attendant, assise sur un rocher, se trouvait une élégante Digimon présentée comme Lekismon, qui faisait presque ma taille. Je ne m’avancerai pas à la décrire ; disons simplement qu’elle tenait du lièvre, mais qu’elle avait une allure de combattante. Au moment même où j’arrivais, deux autres silhouettes provenant de points différents de la clairière rallièrent son centre. Des humains, comme moi ! Je reconnus aussitôt l’inoubliable casque et les couettes de Lauren ; l’autre adolescent avait lui aussi un casque ; des cheveux argentés, presque blancs : lui non plus ne passait pas inaperçu même si son look était moins remarquable. Il avait le genre de charme qui fait battre le cœur des midinettes. Le Digimon qui l’accompagnait ressemblait à une sorte de furet blanc, allongé, presque comme un dragon chinois. Tenant un genre de rouleau, il avait une tête fine, un regard vif et intelligent. Il semblait aussi à la limite de l'hyperactivité. Quant à la patate blanche qui avait accompagné Lauren, elle n’était plus là : à la place se trouvait une sorte de chat (toujours sur le modèle patatoïde de mon propre bestiau, sans patte), doté d’oreilles pointues et d’une queue rayée de parme. Je n’eus pas le temps de poser de questions à ce sujet : Lauren, me reconnaissant, me salua avec enthousiasme et je souris par réflexe à cette manifestation d’amitié, comme si… Comme si elle croisait par hasard un camarade de classe au supermarché. L’autre jeune homme ne nous adressa pas la parole, il semblait concentré, préoccupé. Je ne pus m’empêcher de noter combien la geek avait une meilleure mine que moi ; elle semblait reposée, pas stressée le moins du monde. J’avais les cheveux pleins de brindilles, la chemise aussi froissée qu’après le sèche-linge, et mes yeux déjà pas bien larges étaient encore étrécis par le manque de sommeil. J’aurais voulu leur parler ; déjà une foule de questions se pressaient à ma gorge. Je n’aurais jamais cru que revoir cette fille pourrait me faire plaisir, et pourtant, après une journée complète sans voir âme qui vive, j’étais content de retrouver des semblables et de ne plus être seul.

Mais je n’en eus pas l’occasion : Lekismon prit la parole pour nous expliquer notre mission. Comme je m’en étais douté, ces lieux qui juraient tant avec le décor ambiant venaient de la Terre. Et voilà qu’on devait rentrer dans l’un d’eux… J’étais déçu d’entendre que ce n’était pas une des gemmes qu’il s’agissait de retrouver ; un signal de détresse, ça me laissait perplexe : d’un navire, je veux bien, mais là… Est-ce qu’un Digimon habitait ces lieux ? Ou bien un autre Disparu ?

On ne me laissa pas le temps de réfléchir davantage : Lauren, pleine d’une détermination qui frisait l’inconscience, compara l’hôtel à un jeu vidéo, me faisant lever les yeux au ciel lorsqu’elle s’engouffra à l’intérieur en coup de vent. Je me tournais vers le jeune homme, espérant un peu plus de bon sens, mais non, lui aussi était pressé d’en finir. Ils croyaient quoi, que je n’avais pas envie de rentrer chez moi ? C’était pas une raison pour agir comme des têtes brûlées !

« C’est pas vrai… » Je me tournais excédé vers Lekismon, et demandais :
« Ce signal, c’est ce qu’on entend ? Vous pensez qu’on va pouvoir avancer à l’intérieur ? Le bâtiment a l’air… instable… »

Je ne m’attardai guère pour discuter et dû me précipiter à l’intérieur pour rattraper mes compagnons infortunés. Le Botamon sortit de ma manche et gazouilla, peut-être pour me réconforter, peut-être pour m’enjoindre à la patience. Je me contentais d’allonger mes foulées jusqu’à ce que je me retrouve juste derrière eux. J’étais partagé entre ma mauvaise humeur et un malheureux soulagement de ne pas être seul.

« Ralentissez-un peu ! Faut qu’on se prépare ! On sait pas ce qui nous attend là-dedans ! Lauren, je retire ce que j’ai dis, on n’est pas dans un putain de jeu vidéo alors arrête d’agir comme si tu avais plusieurs vies ! »

Je devais avoir l’air drôle, moi d’habitude calme et distingué, à vitupérer tout essoufflé, crotté et épuisé, pinçant les lèvres en agitant mes poignets fins comme des baguettes. Mais je ne pouvais pas être le seul que l’aspect sinistre des lieux faisait flipper… D’ailleurs, j’avais l’impression que le grésillement avait augmenté depuis qu’on était à l’intérieur.

« Moi c’est Hanamura Isao, fis-je en m’adressant à l’adolescent aux cheveux pâles. Vous avez entendu les rumeurs ? Ce lieu, il vient de notre monde, mais s’il est comme les bâtiments que j’ai rencontré, il n’est pas complètement matérialisé… Vous avez vu les arbres qui passaient au travers ? Si on monte un escalier, y a des risques qu’on tombe soudain à travers et qu’on se casse quelque chose… »

Je secouais la tête. « Mon Digimon – je pris Botamon dans ma main pour leur montrer – ne sert à rien. Les vôtres, ils peuvent faire quoi ? Si on se fait attaquer, ils sont capables de se battre ? »

Vexée, ma boule de poil se ramassa sur elle-même et attaqua mon pouce à coups de bulles, ce qui ne fit que la rendre plus pathétique. J’aurais dû reconnaître qu’il m’avait trouvé de quoi manger et guidé plus d’une fois dans la forêt, mais j’étais de mauvaise foi et à bout de nerfs. J’essayais de ralentir les autres pour observer les alentours, et déterminer une stratégie.
« Il faut qu’on explore le bâtiment de façon systématique, mais comme on ne sait pas à quoi s’attendre, mieux vaut rester groupés. Je n’ai pas de quoi dessiner un plan, et vous ? »




Isao utilise sa capacité pour pousser les autres à l’écouter et à se montrer plus prudents.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Digital World Project :: File Island :: Forêt Tropicale-
Sauter vers: